Que s'est-il passé en 2014 ?

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Des travaux sont en cours sur l’église Saint-Valentin d’Arthonnay et nous nous en réjouissons.

En juin 2014, une réunion avait rassemblé à Arthonnay la municipalité et les financeurs (Etat-DRAC, Conseil général, Fondation du Patrimoine), qui avaient pu se rendre compte de l’état des ruines et de l’urgence des travaux. A l’issue de la réunion, il avait été collectivement décidé :

- de rompre avec l’architecte du patrimoine, son contrat d’exclusivité avec la commune étant entaché de nullité, faute de mise en concurrence, 

- de lancer dans les plus brefs délais une consultation de maîtrise d’œuvre.

Le 25 juin 2014, le Conseil municipal décidait de lancer un appel d’offres afin de choisir un nouvel architecte, intéressé par un chantier de sécurisation des ruines d’au maximum 300.000 € HT, avec remise des offres au plus tard le 12 juillet, les travaux devant commencer vu l’urgence au plus tard mi-septembre 2014.

Le 31 juillet, le Conseil municipal choisissait l'offre du cabinet parisien « 1090 Architectes », regroupant Guillaume Moine, Perrine Leclerc  et Thomas Gaudig.

Le 10 septembre, les conseillers décidaient à l’unanimité de lancer un appel d’offres pour une 1ère partie de travaux, s’appuyant sur l’avant-projet sommaire établi par ce cabinet (estimatif de 68.138,50 € HT). Etaient prévus : échafaudage côté rue, étaiement du contrefort nord-est surplombant la sacristie, démolition de celle-ci, démolition de l’arche empierrée isolée située au nord, à proximité des anciennes dépendances de l'abbaye de Molesme (XIème siècle). Remise des offres au plus tard le 4 octobre.

Le 22 octobre, le Conseil choisissait parmi les 5 offres reçues celle de Léon Noël, se montant à 69.707 € HT.

La 1ère partie de travaux, objet de ce 1er appel d’offres, a débuté le 1er décembre : déblaiements, étaiement de contreforts, échafaudage de toute la partie inscrite, désempierrage de la baie nord, démolition de la toiture en laves de la sacristie, couverture provisoire de celle-ci vu l’intérêt qu’elle semble présenter une fois dégagée.