Secrètement --- Classé 4° en 2014

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

J’en ai entendu des histoires de bonnes femmes :

Chaque semaine, depuis des siècles, l’eau jaillissait en mon sein,

Permettait à ces dames de noyer leur peine, tout en magnifiant le trousseau vieillissant.
Des vies entières ont été blanchies dans mon flanc,

Sans que jamais, je ne trahisse nulle confession.

Des harpies venaient créer bien des aberrations,

Envers quelques pauvres lavandières qui craignaient le scandale. 

Souvent la joie régnait, des rires suintent encore de mes dalles :

Des souvenirs de marmots riant et jouant,

Des femmes appréciant la joie de leurs enfants
Des feux pour attiser leur bonheur

Et sécher leur labeur. 

Puis un jour plus rien : que le froid et le néant !

Pourquoi cet abandon ? Sans doute, le progrès qui isole, et protège, des mégères,

Mes chères lavandières.

Parfois, le rire des enfants s'arrosant par la chaleur
Vient me sortir de ma torpeur.
 

Venez, mes belles, apprécier le calme et la sérénité.
Seul le clapotis de l'eau

Peut apaiser tous vos maux.

La fraîcheur de mes pavés,

Vous laissera rêver, tout comme moi, à nos chers secrets.

 

Emilie DEPESER-LOMBARD

d’Arthonnay (89)

concours de l’Arthonnaysienne sur le thème des Lavoirs